Les temps sauvages

Après avoir placé la barre aussi haut avec Yeruldelgger, difficile pour Ian Manook de transformer l'essai pour son second volet.

Sur le fond, mon avis est mitigé. Je n'ai pas trouvé l'intrigue aussi bien amenée que la première, avec des rebondissements par trop improbables et quelques coïncidences faciles qui m'ont agacée. Cela dit, l'ensemble se tient tout de même pas mal, et après tout un bon polar n'a pas forcément vocation à être plausible. En témoignent les qualités de super-héros de Yeruldelgger, que l'on retrouve également chez son alter égo Zarza ou chez la jolie mais très résistante Oyun. En parlant d'elle d'ailleurs, la manière dont l'auteur l'a fait évoluer dans ce volume m'a franchement déplu. Plus que son invincibilité – qui commence à devenir légendaire – c’est sa grotesque amourette qui m'a dérangée. Je ne peux pas adhérer à la facilité avec laquelle elle passe du stade d'écorchée v...

Lire la suite...

Washington Square

Retour à mes premières amours avec un roman classique du XIXe siècle.

A Washington Square, le docteur Sloper, veuf fortuné, vit avec sa fille unique, et son horripilante s½ur Lavinia. A 21 ans, la jeune Catherine est déjà à la tête d'une confortable somme d'argent héritée de sa mère, et pourrait encore tripler la mise à la mort de son père. Mais voilà, elle n'est ni belle, ni vive, ni spirituelle, et les soupirants ne se bousculent pas devant sa porte – à croire que les coureurs de dots ne sont pas légion à New-York ! Aussi quand le séduisant Morris Townsend se met à lui faire la cour, la demoiselle tombe irrémédiablement sous son charme... contrairement à son père qui prend en grippe le jeune homme au premier coup d'½il. Tiraillée entre son amour pour Morris et son adoration aveugle pour son père, influencée par les (mauvais) conseils romanesques de sa tante, Catherine devra apprendre à s'affirmer...

Si – contrairem...

Lire la suite...

Vent d'est, vent d'ouest

Je viens encore de dévorer ce petit bijou de PearlBuckien en moins de 24 heures ! La première fois j'avais 12 ans, et j'en avais pleuré. Aujourd'hui mes yeux sont restés secs, mais mon c½ur est toujours ému par les destins de Kwei-Lan et de son frère.

Dans la Chine des années 20, les cultures se choquent, les générations ne se comprennent plus, c'est la tradition séculaire, millénaire même, qui est en péril. Pourtant, les familles aristocratiques s'accrochent encore à leur mode de vie immémorial : mariages arrangés dès la naissance, pieds des jeunes filles bandés, épouses multiples dont le seul objectif est d'enfanter un fils. Chaque geste doit être mesuré (surtout pour les femmes), le thé servi à deux mains, les marques d'affections bannies en public, un regard trop direct sera interprété comme une insulte. Difficile de croire que c'est dans cette même Chine ancestrale que commencent les aventures de la jeune Mary du roman « Lire la suite...

Une promesse

Comment rendre justice à « Une Promesse » sans trahir la poésie du magnifique texte de Chalandon ? Sans non plus ternir l'âme de la promesse qui s'y dévoile pudiquement page après page ?

Je me contenterai de vous inciter à vous laisser guider par la lumière de la veilleuse, à faire tinter la cloche de Ker Ael et à entrer sans hésiter dans la maison aux volets bleus d'Etienne et Fauvette, aux côtés de la petite bande du café du bosco.

Paradis du lundi, Léo du mardi, l'Andouille du mercredi, Madeleine du jeudi, Ivan du samedi, Blancheterre du dimanche, et bien sûr Lucien, le bosco, le petit frère. Ils sont tous plus touchants les uns que les autres. Touchants dans leur simplicité, leur amitié profonde, touchants dans leur attachement. Touchants dans leur Promesse. Promesse d'amitié, promesse de vie... Promesse d'éternité...

Sorj Chalandon – qui s'installe tranquillement en tête de mes auteurs fétiches –...

Lire la suite...

Yeruldelgger

On connaissait les policiers anglais, propres et distingués, les polars américains, noirs et violent, les policiers nordiques, intellectuels et sombres... il faudra maintenant compter avec la force brute et chamanique des polars mongols !

Certes, l'auteur est français, mais on ressent au travers des 500 pages de ce magnifique premier roman tout l'amour qu'il porte à la Mongolie. Des steppes désertiques peuplées de fiers nomades aux quartiers louches d'Oulan-Bator en passant par un monastère Shaolin, ce polar à plusieurs niveaux nous fait voyager au c½ur d'une contrée sauvage, tiraillée entre modernité et traditions, entre science et chamanisme.

Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen – littéralement "Cadeau d'Abondance de la famille de la Chienne au Visage Sale" (ouais hein, les noms mongols ça en jette un peu quand même !) est un policier hors pair mais un homme détruit. Ayant to...

Lire la suite...

Une odeur de gingembre

Attention pépite ! Et pas un petit gravillon doré, non non, une bonne grosse pépite 24 carats !

Quand j'ai ouvert ce livre, je ne savais absolument pas à quoi m'attendre. Impossible de me souvenir comment il a atterri dans ma PAL et comme je ne lis jamais les quat' de couv', je n'avais aucun a priori en me plongeant dans le journal de bord de cette jeune écossaise prête à découvrir le monde. Il m'aura suffi de quelques pages pour savoir que j'aimerais ce bouquin, et de quelques pages de plus pour en tomber amoureuse. J'ai beau chercher, je ne lui trouve aucun défaut. La plume délicate – si surprenante de la part d'un homme (eh oui, moi aussi j'ai de vilains préjugés !), le rythme posé mais pas trainant, le style alliant journal intime et correspondance à sens unique, tout est parfait.

Ecrit en 1977, « Une odeur de gingembre » offre une réflexion résolument moderne sur la Femme et sa condition au début des années 1900, mais...

Lire la suite...

Fatherland

Et si Hitler avait gagné la guerre ?

C'est le parti pris que pose Robert Harris dans cet excellent roman.

Années 60. L'Europe est donc sous la coupe du National-Socialisme. L'Allemagne a englouti l'Alsace – comme de bien entendu –, le Luxembourg, et s'est étendue à l'Est jusqu'au fin fond de la Russie. Quant aux pays de l'Ouest européen, ils sont tous (mis à par la Suisse, éternelle banquière neutre) soumis à la politique étrangère du Führer. Seuls les Etats-Unis pourraient encore s'opposer à cette Union Européenne toute puissante, mais des rumeurs enflent sur les motivations du président Kennedy (surprise, ce n'est pas John Fitzgerald mais Joseph Patrick, son père qui gouverne les USA) qui vient d'annoncer sa visite à Berlin... Le postulat est à lui seul intéressant, mais le coup de gén...

Lire la suite...

La ville dans le miroir

Si je devais résumer "La ville dans le miroir" en 1 mot, je dirais : Fastidieux !

Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas autant ennuyée dans un roman. Et pourtant, le style est bon, les mots sont bien choisis, travaillés, souvent poétiques, mais non, ça ne suffit pas. A tel point que, contrairement à mes habitudes, je rédige aujourd'hui ce billet sans être parvenue au bout du livre.

L'auteur nous parle de sa vie à partir d'anecdotes sur son enfance, sur ses parents et même sur ses grands-parents, ses oncles ou ses cousins éloignés. La quatrième de couverture vantait une "chronique familiale et régionale dans les premières années de la Yougoslavie titiste, à la fois tendre, mélancolique et sans complaisance", je n'y ai trouvé que les souvenirs embrouillés d'un homme en mal de racines. Le régime communiste que j'espérai comprendre mieux n'est qu'à peine survolé ! Mis à part les noms, on pourrait transposer l'action en Bretagne, au Portugal ou en Polog...

Lire la suite...

The Secret Dreamworld of a Shopaholic (t.1)

On commence à se connaître un peu vous et moi, alors il est temps que je vous fasse un aveu. Moi l'amatrice de grande littérature, moi l'exigeante du style, la snob de la lecture... *respire un grand coup*  Jesuisfandelaccrodushopping... Voilà, c'est dit.  Je suis fan de l'accro du shopping. C'est mon petit secret honteux ! Comme certaines pillent le pot de Nutella en cachette, moi j'ai lu l'intégrale (7 tomes à l'heure où j'écris ce billet) de "Shopaholic" en douce ! Et pour être honnête, j'adore ça !

Mais je crois que je n'assume pas ! Je les lis en anglais (pour me donner bonne conscience !) et en ebook (pas question de m'afficher dans le métro avec de la chick-lit !) Non vraiment, je n'assume pas !

Il est un...

Lire la suite...

Dubliners

Depuis longtemps, je voulais m'attaquer au grand James. Mais son livre le plus connu – et reconnu – « Ulysses » étant quand même un bon gros pavé de plus de 1000 pages, j'avoue que le courage me manquait légèrement. Alors j'ai décidé de commencer plus light, avec « Dubliners », un recueil de nouvelles sur les habitants de cette capitale irlandaise que j'aime tant.

Quelle déception ! 

Certes je ne suis déjà pas très friande de nouvelles, mais ce recueil m'est littéralement tombé des mains. Mis à part l'écriture travaillée de Joyce (ou plus précisément de son traducteur, la VO m'ayant été inaccessible), je n'ai rien trouvé de positif dans ce que j'ai lu. Pour tout vous dire, je ne l'ai même pas terminé. Après 3 nouvelles auxquelles je n'ai trouvé aucune saveur, ma raison m'a dicté l'abandon. Et je peux vous dire que ça ne m'arrive vraiment pas souvent.

Alors aujourd'hui, la question que je me pose c'est : "Vais-je réuss...

Lire la suite...